Notre-Dame à la Rose en route vers l’Unesco

vendredi 22 février 2019
Hôpital Notre Dame à la RoseHôpital Notre Dame à la Rose

Le gouvernement wallon a approuvé l’inscription sur la liste indicative de la Belgique de l’hôpital Notre-Dame à la Rose et de quatre sites à fossiles néandertaliens wallons (Spy, Engis, Sclayn et Goyet) en vue de leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco.

« Cette nouvelle étape formalise les candidatures, en vue d’élaborer les dossiers visant leur inscription au Patrimoine mondial », a expliqué le ministre wallon du Patrimoine, René Collin. Notre-Dame à la Rose est un «témoin exceptionnel de l’histoire universelle de l’Homme, au niveau de l’évolution des pratiques médicales, de la conception de la santé et de l’hygiène, de l’organisation hospitalière et des traditions d’accueil et de charité depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours.»

Voici le communiqué de la région wallonne:

Sur proposition du Ministre wallon du Patrimoine, René COLLIN, le Gouvernement wallon a approuvé l’inscription sur la liste indicative de la Belgique  de l’hôpital Notre-Dame à la Rose à Lessines et de quatre sites à fossiles néandertaliens wallons en vue de leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Spy, Engis, Sclayn et Goyet

Les sites à fossiles néandertaliens de Wallonie portent un témoignage exceptionnel sur la civilisation de cette espèce disparue il y a plusieurs dizaines de milliers d’années.  Ces quatre sites contribuent de manière déterminante à la connaissance de la biologie de l’homme de Neandertal.  Ils ont par ailleurs significativement contribué au développement de la paléoanthropologie et à la constitution de la notion de préhistoire.  Grâce à leur découverte, un processus de recherche continu a été mis en place.  Les progrès scientifiques récents amènent à y analyser des questions d'une importance extraordinaire sur la biodiversité, la génétique, les changements climatiques, la diversité culturelle, etc.

L’hôpital Notre-Dame à la Rose est un exemple exceptionnel de la dimension universelle de la charité (chrétienne et privée) liée aux activités hospitalières, de la tradition de l’hôpital médiéval religieux jusqu’à l’assistance publique et sociale de l’époque contemporaine.  Il se distingue par sa longévité, son état de conservation et son extrême cohérence.  Sa force réside dans le lien étroit et historique qui existe entre l’architecture et la fonction.  Ce monument est aussi un témoin exceptionnel de l’histoire universelle de l’Homme, au niveau de l’évolution des pratiques médicales, de la conception de la santé et de l’hygiène, de l’organisation hospitalière et des traditions d’accueil et de charité depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours.

" Chacun des sites concernés, relève René COLLIN, est repris sur la liste du Patrimoine exceptionnel de la Wallonie.  Cette étape formalise les candidatures, en vue d’élaborer les dossiers visant leur inscription au Patrimoine mondial. Les deux cas qui nous occupent, s’intègrent dans une série transnationale: les hospices religieux et les sites fossiles néandertaliens. La valorisation et la préservation des biens patrimoniaux contribuent à la mise en valeur de notre cadre de vie, du savoir-faire wallon dans de multiples domaines ainsi qu’à la dynamique touristique. Espérons que ces candidats rejoignent les 6 wallons qui figurent déjà au Patrimoine mondiale ".